Souvenir d’un bel été

On se souviendra de l’été 2013 pour son abondance d’ensoleillement; juillet, août, septembre chargés d’énergie solaire et même en ce début d’octobre, nous pouvons encore manger dehors le midi!!! chargeons nos batteries au maximum, ne laissons pas passer la moindre occasion de sortir, de se faire dorer, de respirer à pleins poumons.

Je voudrais revenir sur les a-priori qui circulent sur le soleil et toutes les façons d’en profiter sans risque.

Tout d’abord je veux parler de ces fameux coups de soleil qui peuvent nous faire tant souffrir quelquefois et mettre notre peau à mal. Notre organisme, notre corps, notre peau ont besoin de soleil, absolument, et cela est valable pour tout le monde. Il n’existe aucune contre-indication à l’exposition au soleil à condition de bien en comprendre les mécanismes.

La peau est un émonctoire, c’est-à-dire un organe d’élimination, et en tant que telle, la peau est chargée en déchets. Notre mode de vie actuel (pollution, stress, sédentarité, alimentation non appropriée) fait que notre équilibre acide/alcalin est rarement respecté et que notre organisme est trop acide, congestionné de déchets et donc que notre peau est surchargée elle aussi de produits acides.

Quand nous nous exposons au soleil, une interaction va se produire entre la chaleur des rayons et les produits acides à la surface de la peau. On peut dire que le soleil va brûler les acides et le coup de soleil n’est que le résultat de cette interaction déchets/soleil. Nous savons tous que, pour éviter le coup de soleil, il existe des heures de sécurité (matinée et soirée) et que nous devons nous exposer au soleil progressivement (10 minutes, puis 20, puis 30, …). Cette progression permet au soleil d’évacuer les déchets acides à la surface de la peau, en douceur, sans brûlure. (Les crèmes écrans solaires sont plus nocives qu’autre chose puisqu’elles contiennent paraben et autre additif dangereux pour la peau et de plus empêchent le soleil de faire son travail, c’est-à-dire éliminer les déchets acides!).

Ensuite, quand le soleil a évacué les déchets, nous pouvons profiter durablement et sans risque de cette source inépuisable d’énergie, car le bronzage c’est joli, mais le soleil est bien plus que cela; il recharge nos batteries littéralement.

Comme pour le reste, nous ne sommes pas égaux et certaines peaux tolèrent mieux le soleil que d’autres, je sais. Mais posons-nous quand même la question de cet état d’acidose généralisée des corps. Deux solutions existent pour y pallier : revenir à une alimentation adaptée à notre physiologie d’être humain (fruits, légumes, plantes sauvages, graines, noix) pour diminuer la quantité de déchets dans le corps, et/ou faire une cure de jus de carottes (+ pommes ou persil) qui va assainir la peau avant de l’exposer au soleil.

Et puis, si malheureusement le coup de soleil n’a pas été évité, les plantes sont encore là pour nous soulager; l’huile de millepertuis, ou huile rouge, fait des miracles en soulageant durablement la douleur (propriété anesthésiante), en activant la cicatrisation de la peau (propriété régénérante) sans avoir à passer par l’étape « pelade ». la nature est toujours de notre côté, inséparable de notre bien-être.

Nous revenons à la cause des causes : le retour à l’alimentation vivante et à la nature. Notre pleine santé est là et nulle part ailleurs!!!

Recette de l’huile rouge

En juillet/août, le millepertuis est en pleine floraison. Plante très courante, elle se trouve facilement dans les bois et les champs, reconnaissable à ses minuscules feuilles et ses bouquets de petites fleurs jaunes.

(R)(R)(R)SP_A0042millepertuis ou herbe de st jean

Prélever quelques fleurs sur chaque pied, quelques tiges avec feuilles aussi. En remplir un bocal en verre transparent avec couvercle, compléter avec de l’huile d’olive vierge bio jusqu’à recouvrir la plante et laisser macérer au soleil 4 à 6 semaines jusqu’à ce que l’huile devienne rouge (hypéricine). Filtrer pour éviter tout résidu de plante dans l’huile et conserver dans de petits flacons. L’huile rouge est photosensibilisante et l’on doit éviter d’exposer au soleil la partie du corps enduite d’huile rouge, c’est la seule contre-indication de ce mélange.

En cas de coup de soleil, mais aussi de bleus, traumatismes divers, enduire la partie du corps concernée plusieurs fois dans la journée en massant légèrement. Elle évite l’apparition d’hématomes et soulage la douleur. Quelques gouttes d’huile rouge en ingestion soignent les symptômes de déprime et dépression. Mais il faut savoir que dépression=douleur et douleur=erreur et que l’on doit toujours s’appliquer à rechercher la cause des causes (peut-être alimentaire mon cher Watson?).

Publicités