Sortie herboriste du dimanche 7 Juin 2015

La sortie herboriste en forêt de la Borne Blanche, à Orry La ville, s’est déroulée sous les meilleurs auspices avec une excellente météo et l’attention et la motivation de toutes les personnes présentes (Francine, Marianne, Ruth, Patricia, Pauline, Florian, Alain et Adrien), que je remercie infiniment.

Tout d’abord rappelons quelques notions sur la similitude de fonctionnement de la nature et de l’être humain pour bien en comprendre la symbiose.

La chlorophylle et le sang sont de composition identique à l’exception d’un atome, magnésium pour la chlorophylle et fer pour le sang, d’où l’intérêt de consommer de la chlorophylle, donc des plantes.

Nos besoins essentiels sont communs comme respirer (l’être humain inspire de l’oxygène et expire du gaz carbonique, le végétal c’est l’inverse), nous nourrir par l’absorption de minéraux (pompés dans le sol par le végétal alors que l’être humain ne peut les assimiler que via la consommation de plantes après photosynthèse, le végétal étant autotrophe et l’homme hétérotrophe).

Nous sommes soumis aux mêmes lois de la vie: la capacité à se nettoyer, se réparer, à partager et à se faire aider (voir les fabuleux livres de Jean-Marie Pelt sur « l’altruisme » du monde végétal), le besoin de lumière/soleil, l’alternance jour/nuit, l’alternance travail/repos,…

Tout cela nous invite à redécouvrir le règne végétal, à nous en inspirer et à en tirer des leçons de sagesse.

Plusieurs plantes ont été observées ce dimanche, à un niveau débutant de croissance, avant floraison pour la plupart:

. La patience crépue, de la famille des Rumex (oseille), riche en fer (fixe le fer du sol et le transforme en fer organique) dont la racine était consommée autrefois

. l’armoise, de la famille des Artémise comme l’absinthe et l’estragon, est une plante commune. Très amère, seules les sommités fleuries en infusion ou la racine en décoction sont utilisées. Elles fortifient l’organisme, luttent contre les désordres nerveux de toutes sortes, ont une action sur les fibres lisses de l’utérus (facilite l’accouchement) et sur le foie. Les sommités servent aussi à aromatiser les crèmes et desserts (infusées dans le lait par exemple) au parfum de vanille.

armoise commune 2

 

Le gaillet gratteron, facilement reconnaissable par sa faculté à s’accrocher à tous nos vêtements, est peu connu. Pourtant l’infusion de la plante entière est calmante, antispasmodique (pour la toux par exemple), diurétique (augmente le volume des urines pour une meilleure élimination), sudorifique et astringent (resserre les tissus pour soigner les plaies par exemple).

gaillet gratteron

 

La clématite des haies est la seule liane existante en France. Toxique, elle recouvre peu à peu des arbres entiers les privant de lumière et les étouffant. Ses fleurs très parfumées sont irritantes, détersives et purgatives. Les fleurs se transforment l’hiver en jolis plumeaux.

L’ortie dioïque, ou ortie commune, est une source de bienfaits infinie. Elle contient tous les micronutriments indispensables pour nous reminéraliser et pallie à notre nourriture carencée. Consommée en jus, cuite comme des épinards (feuilles) ou en soupe, elle est l’outil indispensable pour une meilleure santé. Si vous vous piquez à ses redoutables aiguillons, pas de panique: cueillez une poignée de feuilles vertes, écrasez les dans votre main et frottez la piqûre. C’est fini! Pour plus de détails sur ses propriétés, je vous invite à consulter mon article sur ce blog à son sujet.(Pas de photo, tout le monde connait!).

Le laiteron des maraîchers  est la variété d’origine de toutes nos laitues cultivées (laitue, batavia,…). Plante amère (donc excellente pour nettoyer le foie, tout comme le pissenlit), les jeunes feuilles de laiteron se consomment crues en salade. Vous la trouverez de mars à septembre dans les prés non cultivés, les jardins non désherbés, les talus, chemins.

La renouée du Japon a fait son apparition en France vers les années 1930. D’origine asiatique et plante médicinale dans la pharmacopée chinoise et indienne, elle est toxique et prolifère sur les sols contaminés aux métaux lourds. Notée comme plante invasive, une campagne d’arrachage a été organisée en France sans pouvoir l’éradiquer. Dans la même famille, nous avons aussi la renouée des oiseaux, petite plante rampante non toxique, astringente, diurétique et vulnéraire utilisée depuis toujours pour refermer les plaies.

renouée des oiseaux

 

Description de cette image, également commentée ci-après

renouée du Japon

La bruyère prise en infusion régulièrement est la plante la plus diurétique; elle agit sur toutes les maladies des reins (gravelle, albuminurie, cystite, colique néphrétique) en permettant une meilleure élimination des déchets acides par les urines (anti-rhumatismale).

La fougère (tant aimée par notre ami Adrien) peut se consommer cuite à l’état jeune (feuille enroulée). Mais surtout elle stoppe la prolifération des parasites dans les litières des animaux domestiques (vaches, volailles). Autrefois elle servait aussi de lit aux paysans et son odeur paraissait avoir un effet calmant.

Le millepertuis, si décrié actuellement, se reconnait facilement en portant une feuille à contre-jour montrant « mille » petits trous à sa surface. Ses multiples propriétés le rendent indispensable dans les états nerveux (état dépressif), en tant que diurétique, cholagogue (pour le foie), aseptisant urinaire, fortifiant des voies respiratoires, tonique utérin et vulnéraire (cicatrisation des plaies). En externe on utilise le macérat huileux (huile rouge) pour soigner les brûlures, coups de soleil, contusions, hématomes en tant qu’anti-douleur et astringent (resserre les tissus).

millepertuis ou herbe de st jean

 

Le plantain (lancéolé ou commun) ou herbe aux cinq coutures (cinq nervures sur les feuilles) très commun dans les jardins, les chemins, les prés, possède des propriétés mucilagineuse, adoucissante et astringente. Le mucilage a pour caractéristique de gonfler dans l’eau. Pris en interne il permet d’adoucir les parois digestives, de gonfler le volume des selles pour éliminer davantage. L’enveloppe de la graine de plantain, appelée psyllium, combat les constipations les plus opiniâtres à condition de boire un bon volume d’eau en même temps. Son astringence favorise la guérison des piqûres d’insectes et d’ortie, des plaies, des ulcères, des dartres, de l’acné.

Plantain lancéolé

plantain lancéolé

Plantain moyen

plantain moyen

Le sureau est un arbre bien de chez nous qui aime les sols humides. De croissance vigoureuse, même rasé au pied, il repoussera sans problème. Il nous donne ses fleurs, peu appréciées par les insectes pollinisateurs il est vrai, ses baies noires, délicieuses en gelée. Toutes ces parties sont sudorifiques (fait transpirer pour une meilleure évacuation des déchets), diurétiques et laxatives, voire purgatives (particulièrement les graines contenues dans les baies), ce qui en fait un outil de détoxination majeur. Les fleurs en infusion influent sur le métabolisme général contre un état de faiblesse générale (comme les fleurs de tilleul) et son effet diurétique agit sur les rhumatismes et les problèmes articulaires. Par contre ses feuilles sont légèrement toxiques.

Le tilleul de nos jardins ou sauvage est un précieux allié de notre santé. De tous temps ses fleurs ont été utilisées pour ses propriétés calmante, antispasmodique et diurétique. Un nettoyage tout en douceur! Les feuilles et la seconde écorce contiennent un abondant mucilage, émollient et adoucissant, excellent pour tous les problèmes intestinaux. L’infusion de fleurs de tilleul prise le soir favorisera le sommeil. C’est le début de la saison de ramassage d’ailleurs. On cueille la bractée, comme sur la photo ci-dessous, c’est-à-dire l’ensemble des fleurs et feuilles étroites et jaunes.

Beaucoup de ces informations se retrouvent dans les différents articles déjà postés sur ce blog. Je vous souhaite une excellente lecture et une fructueuse expérimentation!

Source: Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, Paul-Victor Fournier, éditions Omnibus, préfacé par Clotilde Boisvert, fondatrice de l’Ecole des Plantes de Paris

A visiter: à Milly La Forêt, Conservatoire naturel des plantes, notamment de la mélisse, avec un jardin de plantes médicinales très intéressant

 

Publicités