La respiration

Comme le dit Nelly Grosjean (1) dans sa dernière vidéo d’une heure et demie intitulée « respirer la santé », postée sur le site « le chou brave » , nous pouvons vivre sans manger pendant 40 jours, sans boire pendant 2 jours mais pas plus de 3 minutes sans respirer.

Nelly Grosjean

Respirer est le premier acte que nous expérimentons en venant au monde, c’est aussi l’acte le plus vital pour notre santé en facilitant le métabolisme du corps. De la qualité de notre respiration (inspiration) et de l’air que nous inspirons dépend l’oxygénation, suffisante ou insuffisante, de chacune de nos cellules. De la qualité de notre expiration (rejet du dioxyde de carbone chargé en déchets gazeux) dépend la bonne élimination des déchets de chacune de nos cellules.

Or tout notre corps n’est que cellules: cellules cardiaques, cellules hépatiques, cellules nerveuses, cellules musculaires, cellules intestinales,… et la cellule a besoin de trois choses: se nourrir, s’oxygéner, et éliminer ses déchets à l’image du fonctionnement du corps tout entier. Malheureusement, tout au long de notre vie, nous perdons cette capacité à inspirer et expirer amplement et profondément. Nous sommes trop attentifs à ce que nous mangeons et pas assez à la façon dont nous respirons.

Notre capacité respiratoire est atrophiée et notre respiration est extrêmement courte et superficielle, ne faisant travailler qu’un dixième de nos poumons pour différentes raisons : un mauvais positionnement (dos voûté ), une tension nerveuse permanente ( respiration rapide et courte ), un manque d’exercice physique qui pénalise une respiration profonde, un environnement dont l’air est peu ou pas renouvelé (bureau, appartement, transport). L’apparition de nombreux cas de maladies respiratoires, surtout chez les enfants, doit nous alerter sur la nécessité de réapprendre à respirer.

L’apprentissage de la respiration

La place prépondérante (centrale) et la grandeur de nos poumons (un tiers du buste) montrent bien à quel point la respiration est cruciale et mérite de s’attacher à amplifier leur capacité respiratoire .

De simples petits exercices quotidiens suffisent. Nelly Grosjean, dans la vidéo mentionnée au début de cet article, propose de pratiquer trois fois par jour une respiration ventrale. C’est un exercice d’une grande simplicité, que l’on peut effectuer à n’importe quel moment de la journée, dans les transports, au volant de la voiture, en marchant, assis au bureau,…

En premier lieu, il faut se tenir le dos bien droit, sans raideur, les épaules dégagées en arrière et vers le bas. Respirer par le nez, emplir doucement ses poumons et gonfler le ventre au maximum. Tenir ainsi quelques secondes. Expirer en rentrant le ventre puis en vidant les poumons au maximum. Tenir ainsi quelques secondes. Reprendre une respiration normale quelques instants et refaire l’exercice trois fois ou plus, trois fois par jour.

Cet exercice peut essouffler au départ, pour les personnes en difficulté respiratoire commencer doucement sans tenir les quelques secondes, jusqu’à ce que la sensation s’améliore. Mais aucune contre-indication, bien au contraire, est à opposer à ce genre d’exercice.

La deuxième étape sera de prendre conscience de l’air propre qui rentre et de tous les bienfaits qu’il apporte. On se remplit de vitalité. A l’expiration, on prend conscience de l’air vicié qui ressort et qui emporte avec lui tous nos soucis et nos peurs. Ainsi le corps prendra l’habitude de considérer chaque apport d’oxygène et chaque élimination de déchets comme un bienfait. J’ai testé pour vous, c’est très vivifiant.

Dans une autre mesure, le yoga est une excellente approche pour réapprendre à respirer, reprendre le contrôle de cette fonction vitale pour apaiser le système nerveux et l’esprit. Le Qi Gong est moins connu que le yoga mais sa pratique est d’une simplicité déconcertante et ses résultats mieux ciblés à mon humble avis. La respiration ventrale ou « pratique de la respiration de la grue » »permet d’accroître sensiblement votre capacité respiratoire et d’agir favorablement dans les cas d’asthme et de bronchite chronique »(2). Cette respiration parvient « à masser tous les organes internes par les mouvements du diaphragme et à améliorer la circulation du sang dans l’abdomen »(2).

La respiration au quotidien

Comme pour toutes choses que l’on veut inclure dans notre quotidien, nous devons nous ménager des petits créneaux horaires à respecter. La posture, dos bien droit, est essentielle, avec alignement de toute la colonne vertébrale. Le matin au lever, le soir au coucher, pendant la pause déjeuner, dans les transports, avant de commencer les repas,…tout est possible.

Les bienfaits de la ré-éducation respiratoire sont multiples : elle fortifie tout le système digestif, « réduit les dépôts adipeux du ventre et diminue le taux de cholestérol (…)décongestionne les zones supérieures du corps, (…) facilite l’état de relaxation et donne une occasion de se centrer sur soi-même en quelques instants » (2). Ainsi on parvient à expirer tout le gaz carbonique et à éliminer tous les déchets et toxines du sang. Une panacée!

L’apparition de maladies est un signe évident que, déjà et avant tout, nous ne respirons pas correctement et le seul fait de ré-apprendre à respirer amplement sera un facteur de guérison. A vous d’expérimenter!

 

(1) Nelly Grosjean est docteur en naturopathie et en aromathérapie.
En 1972, elle ouvrit sa première boutique de diététique en Avignon ; un an plus tard, elle inaugurait le mas de la santé à Nîmes.
Au début des années quatre-vingt, elle va au États-Unis où elle parfait ses études médicales, et obtient son diplôme de docteur en naturopathie à l’Université du Missouri.
En 1984, Nelly Grosjean revient en Europe et organise son premier stage en Suisse. Entre 1985 et 1987, elle voyage beaucoup, organise de nombreux stages et fait, en 1986, sa première conférence internationale en Hollande. Elle est auteure de nombreux ouvrages sur l’aromathérapie, traduit dans le monde entier et intervient aussi bien à la télévision que sur les radios, plaidant partout la cause des huiles essentielles et leurs merveilleux effets sur le physique et le mental.

(2) source « B.A.-BA du Qi Gong » Gérard Edde, Editions Pardès 1998

Publicités